Cover art for Il y a trop de charlatans sur l'intelligence artificielle

Il y a trop de charlatans sur l'intelligence artificielle

3 ratings

Summary

√Čpisode 12 : Fr√©d√©ric Cavazza est un expert marketing avec un angle technologique. 12√®me √©pisode de Vlan et d√©j√† le second sur l'intelligence artificielle mais cette fois on entre directement dans l'op√©rationnel avec Fr√©d√©ric Cavazza. Fred est l'un des blogueurs que je respecte le plus en France et il poss√®de une connaissance technique qu'il m√™le au marketing d'une mani√®re vraiment unique. Je suis donc ravi de le recevoir pour parler purement op√©rationnel et s'√©viter les √©cueils de l'intelligence artificielle qui va remplacer les humains demain (give me a break please ). √Ä force, c'est fatiguant de voir des titres alarmistes pour appeler au clic. √Čvidemment, l'IA tout le monde en parle et en met √† sa sauce mais "ce n'est pas la derni√®re technologie √† la mode puisque √ßa fait 20 ans que √ßa existe" comme le souligne tr√®s justement Fr√©d√©ric. Beaucoup de boites se sont cr√©√©es autour de cette tendance vendant "le chatbot en 3 clics" mais la r√©alit√© est que √ßa ne peut jamais √™tre aussi simple et surtout cela demande des ressources en interne tant en terme de base de donn√©es que de personnel qualifi√© comme des linguistes, des data scientists et autres marketers etc... C'est pour cette raison que nous revenons avec Fr√©d√©ric de mani√®re extr√™mement simple (vous me pardonnerez mes questions d'ing√©nu) sur ce qu'est l'IA, sur ce que cela permet en particulier en marketing, ce qu'il faut avoir pour que √ßa fonctionne, comment cela se met en place... Bref, on se passe des idioties ambiantes et on rentre concr√®tement dans le sujet pendant 20 minutes passionnantes. Fred rappelle que le marketing, c'est avant tout un m√©tier de donn√©es et si cela √©tait √©videmment laborieux avant le "digital", aujourd'hui les intelligences artificielles et le machine learning nous permettent d'exploiter des donn√©es beaucoup plus larges, plus rapidement et donc de prendre des d√©cisions plus rapidement. On peut envisager trois types de choses avec les intelligences artificielles : De la classification d'une base de donn√©es clients sur des classes existantes et pr√©d√©finies par des humains. Cr√©er des clusters clients de mani√®re autonome (la machine cr√©√©e des clusters) mais attention car la logique math√©matique n'est pas n√©cessairement coh√©rente d'un point de vue marketing. De la projection march√© en analysant les ventes ou les comportements pass√©s. Aujourd'hui les intelligences artificielles, repr√©sentent surtout de la capacit√© de calcul brute et plut√īt que de fantasmer en parlant d'intelligence artificielle on devrait plut√īt parler d'intelligence augment√©e car cela est beaucoup plus proche de la r√©alit√© selon Fr√©d√©ric. Dans la suite du podcast, on envisage ensuite l'open data √©videmment et le partage de donn√©es entre industriels pour pouvoir contrer Facebook et Google principalement et pourquoi pas Amazon demain. On voit des industriels le faire de plus en plus mais j'y reviendrais plus longuement dans un article sp√©cifique. Ils sont tr√®s nombreux les vendeurs de poudre de perlimpinpin mais l'intelligence artificielle est un concept, les algorithmes sont facilement accessibles puisqu'ils proviennent largement de travaux universitaire. Mais ce qui fait vraiment la diff√©rence c'est le jeu de donn√©es, la qualit√© de la base de donn√©es et la finesse de l'analyse. Bref, ne vous laissez pas avoir ;) J'esp√®re que cet √©pisode vous aura plu, encore une fois, si vous avez des suggestions, je suis totalement √† votre √©coute.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 18 mins
Available on Audible
Cover art for Les marques ne savent pas parler aux femmes de 40+

Les marques ne savent pas parler aux femmes de 40+

2 ratings

Summary

√Čpisode 11 : Patricia Louisor est la cofondatrice du salon des dames. Cet √©pisode de Vlan est un peu particulier puisque je n'ai pas invit√© un marketer mais une "cliente" et qu'on ne parle pas particuli√®rement de digital mais de la mani√®re dont la soci√©t√©, et particuli√®rement les marques, parle aux femmes de 40+. Pourtant, c'est l'un des podcasts que j'ai pr√©f√©r√© enregistrer. On dit partout qu'il faut √™tre "centr√©-client" donc allons-y et √©coutons ce qu'ils ont √† nous dire ! √Čvidemment, ce n'est pas n'importe quelle femme ! Patricia Louisor est admirable √† de multiples niveaux tant par son √©nergie, sa pr√©sence, ses combats que par son parcours professionnel. Patricia a, entre autre, cr√©√© le salon des dames qui est un mouvement f√©ministe r√©unissant plus de 150 000 personnes (hommes et femmes). "Je travaille beaucoup dans le secteur de la beaut√© et il est passionnant de regarder la mani√®re dont les marques parlent aux femmes et particuli√®rement √† celle de 40 ans et plus. Souvent on r√©duit la beaut√© de la femme √† son physique ce qui me choque personnellement mais aussi d√®s qu'on a pass√© la quarantaine, les m√©dias ont tendance √† vouloir complexer la femme encore plus car comme le souligne Patricia "tu es sur un terrain descendant, t'es plus baisable..." Pourtant les femmes de 40+ sont celles qui ont le plus fort pouvoir d'achat et la possibilit√© de le d√©penser. C'est d'autant plus surprenant qu'au marketing de ces marques on retrouve souvent des femmes. Patricia avance l'id√©e que d√©fendre ces clich√©s rel√®vent de l'inconscient collectif d'une soci√©t√© patriarcale et que les marketers participent √† un mouvement d'arri√®re-garde en soutenant ces images. Selon Patricia, les marques auraient tout √† gagner √† mieux comprendre les aspirations des femmes de 40+ ou de 50+ aujourd'hui, abandonner cette id√©e de "vieille fille" qui ne correspond plus √† rien, de comprendre qu'une femme de cet √Ęge est beaucoup plus √©panouie que quand elle est plus jeune. Comme le souligne Patricia, "√† partir de 40 ans, on perd peut-√™tre en fraicheur mais on gagne tellement en maturit√©, en aplomb que l'on est parfaitement bien dans sa peau et ce n'est pas l'image que les marques vous renvoient". On devrait dire aux femmes : vous avez accumulez tellement d'exp√©rience, vous √™tes tellement forte que vous √™tes super puissante ! Vous √™tes sur une nouvelle phase ascendante de votre vie et pas sur une phase descendante comme on vous le laisse supposer. Finalement les femmes de 40+ ont d√©j√† eu cette fra√ģcheur "physique" et elles sont pass√©es √† autre chose d√©sormais. Certaines marques ont des discours plus modernes pour les femmes. Patricia fait, entre autre, r√©f√©rence √† une marque de soutiens gorge pour tous les types physiques avec un focus sur l'auto-s√©duction plut√īt que sur la s√©duction de l'homme. Mais les exemples se comptent encore sur les doigts d'une main. Ce qui est certain c'est que les marques devraient vraiment renouveler leurs discours aupr√®s des femmes souvent nomm√©es "mures" et il semblerait que Patricia soit pr√™te √† les y aider.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 20 mins
Available on Audible
Cover art for The dirty secrets of the Digital industry

The dirty secrets of the Digital industry

1 rating

Summary

√Čpisode 15 : Brian Morrissey is the Editor in Chief of the Digiday Media Group. Je crois qu'il s'agit de l'√©pisode le plus authentique, o√Ļ des v√©rit√©s sont dites ! Finalement, c'est un peu comme si vous rejoigniez une conversation entre deux amis que personne n'√©coute. Si vous ne connaissez pas Digiday, je vous invite √† vous presser vers ce m√©dia autour de nos m√©tiers, qui n'h√©site jamais √† mettre les pieds dans le plat. Il dispose d'un support sp√©cialis√© sur la beaut√©, la mode, les tendances et le luxe qui se nomme Glossy. √Čvidemment, Brian est am√©ricain, c'est pourquoi la conversation est en anglais, mais vous trouverez sur mon blog une retranscription compl√®te de notre √©change en fran√ßais. Cette transcription a √©t√© r√©alis√©e par Caroline Dezutter. La programmatique est construite pour justifier les mensonges. Pendant des ann√©es, on a assomm√© les marketers en leur disant qu'il fallait absolument mettre tous leurs budgets publicit√© en digital et la r√©alit√© est qu'ils ne voient pas vraiment les r√©sultats. √Ä l'inverse, tout cela est tr√®s flou, d'autant plus √† une p√©riode o√Ļ la programmatique rend les choses encore plus opaques. Comme le souligne Brian Morrissey, la programmatique a √©t√© construite de telle mani√®re qu'elle justifie les mensonges. Les marques ne savent plus tr√®s bien par qui elles se font truander, mais elles savent qu'elles se font truander. Et d'ailleurs, de mani√®re plus g√©n√©rale, il est sain de se demander si la publicit√© et construire sa "brand equity" sont r√©ellement une strat√©gie gagnante √† l√®re digitale. Il suffit de regarder comment les GAFA fonctionnent, comment les" indies brands" (comprendre "marques natives sur le digital") fonctionnent pour se rendre compte que la publicit√© n'est plus centrale tout simplement parce que les usages ont chang√©. D√©sormais, les consommateurs n'attendent plus de voir une pub : ils vont chercher sur Google le produit qui correspond pr√©cis√©ment √† leurs besoins et font davantage confiance aux avis consommateurs, qu'ils soient anonymes ou qu'ils proviennent d'influenceurs. Les GAFA sont les meilleurs ennemis des marques. D'abord quand Google a permis de parier sur les noms de marque et donc d'obliger les marques √† surench√©rir sur leur propre marque, ce qui n'a pas de sens en r√©alit√© si ce n'est pour Google. C√īt√© Facebook, clairement, les pages de marques ont √©t√© de vrais chevaux de Troie pour Facebook. En jouant sur l'√©go des marketers, les marques ont fait beaucoup de pub pour dire "rejoignez-nous sur Facebook" et ont ainsi cr√©dibilis√© Facebook, rendu plus populaire aussi pour finalement voir leur edgerank (capacit√© √† toucher leurs fans) tomber √† z√©ro si ce n'est en faisant de la publicit√©. La r√©alit√© virtuelle et les bots seraient-ils les plus gros buzz word du moment ? √Ä mon sens, la VR est vraiment surm√©diatis√©e et m√™me s'il y a incontestablement des usages √©vidents pour la r√©alit√© virtuelle, toutes les marques ne doivent clairement pas plonger dans cette tendance juste pour √™tre cool ou faire des RP. La r√©alit√© est que c'est une exp√©rience souvent p√©nible et il y a des questions simples de logistique de casques quand on est en boutique par exemple. Sans compter que les consommateurs ne veulent probablement pas √™tre immerg√©s dans votre marque. Brian consid√®re que les bots et donc cette premi√®re couche d'Intelligence Artificielle sont beaucoup trop tendance. D¬íabord parce que √ßa ne fonctionne jamais tr√®s bien, mais aussi parce que les consommateurs pr√©f√®reront toujours une exp√©rience avec une vraie personne, dans la mesure du possible. Veuillez noter : cet √©pisode est en anglais.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 23 mins
Available on Audible
Cover art for Les marques de demain ne peuvent plus s'imposer

Les marques de demain ne peuvent plus s'imposer

1 rating

Summary

√Čpisode 6 : Rodolphe Roux est le CDO De Wiko. Wiko est une marque devenue 2√®me vendeur de t√©l√©phones mobiles en France e, six ans, sans vraiment cr√©er de brand equity. La strat√©gie de la marque est donc particuli√®rement int√©ressante et chez Wiko, ils ont totalement modifi√© leur mani√®re d'envisager le business. Dans cet √©pisode on parle de l'usage du mobile en France, du marketing √† l'√®re digitale mais aussi du r√īle du CDO.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 20 mins
Available on Audible
Cover art for Les impacts du rachat de Whole Foods par Amazon

Les impacts du rachat de Whole Foods par Amazon

1 rating

Summary

√Čpisode 5 : Aurelia Ammour est une experte du retail vivant entre L.A. Et Paris. C'est quoi Whole Foods : Curation et vente de produits naturel et bio ; 465 magasins dont quatre nouveaux dont le nom est 365 (sp√©cialis√© sur les Millennials √† bas prix) ; 16 milliards de $ de CA ; 87 000 employ√©s ; 30 millions de clients ; 30 000 r√©f√©rences. √Ä retenir de cette session : Impacts pour les consommateurs : Va d√©mocratiser le bio ; La mort probable de la start-up Instacart (start-up qui livrent chez vous Whole Food) ; Plus de personnalisation et un meilleur service. Impacts pour les marques : Les clients d'Amazon cherchent par cat√©gorie mais moins par marque ; Favorisation des produits de marques distributeurs (Amazon, 365 by Whole Foods) en particulier par la voix (Alexa) ; D√©veloppement des marques bio sur Amazon ; Perte de cr√©dibilit√© de toutes les marques qui sont moins responsables. Impacts pour les distributeurs : Amazon va augmenter la "customer lifetime Value" en particulier gr√Ęce au food qui est un business r√©current ; Remise en question des distributeurs √† leur capacit√© √† apporter une exp√©rience totalement int√©gr√©e ; Potentiel d√©veloppement de Whole Food dans d'autres pays ; Rachat d'enseignes sp√©cialistes sur des verticaux (bio ou autre) dans d'autres pays ; Une "amazonisation" de la distribution est √† pr√©voir. Ce rachat devrait faire bouger toute l'industrie de la distribution et il va falloir suivre de pr√®s les mouvements. Comme d'habitude, n'h√©sitez pas √† me donner votre avis et √† me pr√©ciser s'il y a des sujets ou des personnes que vous aimeriez entendre.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 19 mins
Available on Audible
Cover art for Les enjeux du luxe pour 2018

Les enjeux du luxe pour 2018

1 rating

Summary

√Čpisode 17 : Avec √Čric Briones, autrement connu sous le nom de Darkplanneur, nous envisageons les enjeux du secteur du luxe en 2018 et les ann√©es √† venir. √Čric a √©crit trois livres dont deux sur le luxe : G√©n√©ration Y et Luxe ainsi que Luxe & Digital, il a eu l'occasion de faire de nombreuses conf√©rences sur le sujet et surtout il est le directeur du planning strat√©gique chez Publicis et Nous, agence sp√©cialis√©e sur le luxe. De mon c√īt√©, je travaille essentiellement avec des marques de beaut√© et de luxe donc j'attendais cette conversation avec impatience. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les marques de luxe sont vraiment challeng√©es √† l'√®re digitale d'autant plus qu'elles ont mis du temps √† y aller et qu'elles ont parfois pris le digital pour de simples effets de manche (comprenez effet RP) sans s'occuper des vraies probl√©matiques structurantes comme la base de donn√©es, le CRM, les RP et la modification de l'ensemble des m√©tiers, voire de l'offre. Avec √Čric nous abordons plusieurs probl√©matiques, le rapport au temps, le rapport aux r√©seaux sociaux, le rapport des nouvelles g√©n√©rations avec le secteur du luxe. Bonne √©coute ! "Quality is the new black" pour les marques de luxe :M√™me si le discours ambiant est √† dire que le luxe, c'est avant tout l'exp√©rience, √Čric affirme qu'il s'agit avant tout d'une question de qualit√©. De la qualit√© mais avec un suppl√©ment d'√Ęme bien s√Ľr pour qu'elle soit luxueuse. Comme il le souligne justement, le luxe c'est aussi un rapport au temps tr√®s diff√©rent, et alors que le digital acc√©l√®re tout et que le style a pris le pas sur la qualit√© pour de nombreuses maisons, √Čric est convaincu que l'on doit revenir √† un respect des mati√®res, un respect du travail √† la main et que cela doit √™tre expliqu√© pour √™tre compris par les consommateurs. Les r√©seaux sociaux et particuli√®rement Instagram ne permettent pas de montrer parfaitement cette id√©e de qualit√© puisqu'√† l'inverse, ils sont de plus en plus dans l'instantan√©it√©. Pourtant, selon √Čric, il ne faut pas c√©der aux sir√®nes du "see now, buy now" qui √©tait surtout un √©l√©ment de communication dont les marques les plus vindicatives sont largement revenues. S'il y a une tyrannie du "tout tout de suite", le luxe doit r√©sister et √©duquer. N√©anmoins, le luxe doit pouvoir r√©pondre √† cette tension avec une partie des produits ou des exp√©riences bien s√Ľr mais il doit surtout apporter de l'humain dans le digital. Finalement m√™me si on reste sur ce principe d'exp√©rience, alors l'attente doit faire partie de l'exp√©rience car l'instantan√© tue le d√©sir, ors, le luxe c'est avant tout vendre... du d√©sir. √Čvidemment les marques de luxe n'ont pas le choix que de vendre de l'exp√©rience et bien sur ces derni√®res s'y essayent d√©j√†. On le voit en particulier chez LVMH que ce soit sur les vins (MH) ou chez Vuitton avec le voyage. √Čric consid√®re que le secteur du luxe a une √©nergie incroyable et est en pleine r√©invention. √Čvidemment, au cours de ce podcast, on ne parle pas de "digital native" qui est un concept fumeux et ne veut strictement rien dire... Mais, on peut malgr√© tout envisager les g√©n√©rations et leurs diff√©rences. Si les Millennials ont un rapport de fascination aux choses, aux gens, aux marques (√† noter que les marques les plus fortes dans le luxe aujourd'hui, comme Gucci, sont les marques qui sont fortes chez les Millennials), les Gen Z ne sont pas du tout dans la m√™me d√©marche... Ils sont plus compliqu√©s car ils envisagent l'utile, le bon, le bien. Ils sont presque dans une qu√™te de v√©rit√©.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 23 mins
Available on Audible
Cover art for Le viral existe-t-il encore en 2017 ?

Le viral existe-t-il encore en 2017 ?

1 rating

Summary

√Čpisode 1 : Un podcast avec Georges Mohamed Cherif, le fondateur de buzzman. Une discussion sans blabla autour d'une des probl√©matiques fortes des marques.

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 17 mins
Available on Audible
Cover art for L'intelligence artificielle ne remplacera pas le marketing

L'intelligence artificielle ne remplacera pas le marketing

1 rating

Summary

√Čpisode 4 : Aur√©lie Jean est une experte de l'intelligence artificielle. Une des choses que je d√©teste le plus dans le marketing li√© au digital, c'est quand des personnes en mal de reconnaissance utilisent la peur pour raconter n'importe quoi. Ainsi, il y beaucoup de "charlatans du digital". C'est certain, cette derni√®re fait vendre si elle est bien packag√©e en particulier sur un sujet aussi anxiog√®ne. Par ailleurs, ce nouveau BuzzWord est utilis√© un peu √† tort et √† travers et les marques ne voulant pas √™tre en retard se jettent √† corps perdu dans les bots pour dire qu'elles sont dans de la partie. J'avais donc envie de pouvoir remettre les id√©es en place sur ce sujet tellement complexe. J'ai donc demand√© √† mon amie Aur√©lie Jean, huit ans de M.I.T. et s√©nior d√©velopper dans un grand groupe financier √† NYC de nous parler de ce sujet. Pour ceux qui ont suivi, j'ai eu l'occasion de faire plusieurs Facebook live avec Aur√©lie dont un sur ce m√™me sujet d'ailleurs. √Ä retenir de cette session: Il ne faut pas confondre l'intelligence artificielle "forte" et "faible" ; Si l'intelligence artificielle remplacera des jobs, d'autres se cr√©eront ; Il vaut mieux parler de stupidit√© artificielle, √ßa ferait moins peur ; L'intelligence artificielle ne se chargera pas de faire votre strat√©gie ; L'intelligence artificielle nourrira d'autant plus le besoin en intelligence √©motionnelle chez l'Homme ; L'intelligence artificielle va remettre l'humain au centre ; Les personnes qui annoncent que dans cinq ans, la plupart des gens vont se retrouver au ch√īmage faute de mieux sont des menteurs ; Au c¬úur de l'intelligence artificielle, le machine learning et donc la data - plut√īt que de faire des bots, regardez o√Ļ vous en √™tes de vos datas ; Les marketers vont devenir des "digitalo analytic marketers".

©2017 Grégory Pouy (P)2017 Grégory Pouy

Length: 16 mins
Available on Audible